L'âme du mal

L'âme du mal

Ca faisait un petit moment que je n’avais pas pris le temps de recommencer un bon bouquin (depuis, j’en pris de l’avance pour les prochains billets ;)) et ces dernières semaines, je me suis mis à lire un livre d’un jeune auteur français (cocoricoooooooooo) dénommé Maxime Chattam. Le livre qui m’a tenu en haleine pendant quelques jours s’appelle L’âme du mal. C’est une histoire riche en rebondissements, avec des personnages pour lesquels on se prend rapidement d’affection. Le suspens est savamment entretenu et l’ambiance créée par les descriptions est digne des meilleurs films du genre. Au passage, le livre à reçu le prix Sang d’Encre à l’époque de sa sortie…

La quatrième de couverture dans la suite pour les intéressés !

Pas plus que sa jeune acolyte, l’inspecteur profileur Brolin ne pense que les tueurs en série reviennent d’outre-tombe. Fût-il le monstrueux bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper avec précision. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit. Le nouveau tueur agit-il seul ou fait-il partie d’une secte ? Pure sauvagerie ou magie noire ?

Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu’on lui a enseigné. S’immerger complètement dans la psychologie d’un monstre, le comprendre afin de cerner et de prévoir ses crimes, devenir un montre soi-même, tels sont les moindres risques de son métier. On dit au FBI qu’il s’en faudrait d’un rien pour qu’un bon profileur aille rejoindre la galerie de ses pires clients.

Peut-on impunément prêter son âme au mal ?