L\'échiquier du mal, tome 1L\'échiquier du mal, tome 2

Ca faisait longtemps que je n’avais pas publié un petit billet sur un bouquin. Le mal va donc être réparé. J’ai enfin terminé L’échiquier du mal, de Dan Simmons. Je dis enfin, non pas parce que c’était long ou laborieux à lire, bien au contraire ; enfin, c’est juste parce qu’il m’a fallu du temps pour arriver au bout, étant donné que j’ai eu plein de choses à faire qui m’ont fait délaisser la lecture de ce roman/trhiller/polar pendant plusieurs semaines…Bref, la n’est pas la question !

Venons-en au fait ! Je ne suis habituellement pas un grand fan de science-fiction, mais là, j’avoue avoir bien apprécié le livre. Le début est un peu « déroutant » mais l’action, le suspens et l’interêt vont crescendo durant toute l’histoire. De quoi parle ce livre en deux tomes (en édition poche, le premier tome fait 670 pages et le second 530 pages) ? Voyez la suite…

L’échiquier du mal est considéré comme l’oeuvre majeure de Dan Simmons, un écrivain américain né en 1948. Il est entre autre l’auteur de la saga Hyperion. Petite présentation :

Dan Simmons (né le 4 avril 1948 à Peoria, Illinois), est un écrivain américain connu principalement pour ses romans de science-fiction d’horreur et policier. Ses livres sont publiés dans 27 pays. Il vit à Longmont, près de Denver, dans le Colorado, aux États-Unis avec sa femme Karen et sa fille. Son lieu de prédilection pour écrire est sa maison secondaire, située en pleine montagne à Windwalker au sud du Parc national de Rocky Mountain. Près de la maison, une sculpture de 2,43 mètres représentant le fameux Gritche des cantos d’Hypérion monte la garde. Il a reçu le Prix Hugo pour ses romans Hypérion et La chute d’Hypérion, qui forment avec Endymion et L’Éveil d’Endymion, le cycle Les Cantos d’Hypérion. Son dernier livre, The Terror, paru en 2007 aux Etats-Unis (2008 en France) est un roman d’horreur retraçant l’expédition de Sir John Franklin avec deux bâtiments conçus pour l’exploration polaire, le HMS Erebus et le HMS Terror, disparus corps et biens dans le Grand Nord en 1845.

Alors c’est une histoire de « vampires psychiques ». En gros, tout tourne autour de personnes qui ont ce qu’ils appellent le « Talent » : celui de prendre le contrôle mental de quelqu’un et de le forcer à faire ce qu’ils veulent. Ils exercent ce « viol » mental sur tout type d’individu et en profitent pour jouer avec leurs victimes…

Petit synopsis pour la route :

Ils ont le Talent. Ils ont la capacité de pénétrer dans notre esprit pour nous transformer en marionnettes au service de leurs perversions et de leur appétit de pouvoir. Ils tirent les ficelles de l’histoire. Sans eux le nazisme n’aurait peut-être jamais existé, et nombre de flambées de violence, tueries, accidents inexpliqués n’auraient peut-être pas ensanglanté notre époque. Car ils se livrent aussi entre eux une guerre sans merci, selon des règles empruntées à celles des échecs. Ce sont des vampires psychiques.

Si vous êtes amateurs de science-fiction : foncez, et si vous n’êtes pas amateurs : foncez quand même ! 🙂